Des ans l’irréparable outrage

L’Oreille tendue se sent parfois vieille. Devant cette publicité, par exemple.

«Tweetez» ? Certes. Elle en est.

«Pokez» ? Elle n’a pas la moindre idée de ce que c’est.

Le fossé linguistique entre les générations se creuse sous nos yeux. Bis.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Une pensée sur “Des ans l’irréparable outrage”

  1. C’est sur facebook qu’on peut poker les gens. C’est une manière de dire « salut » mais sans l’écrire, juste en cliquant sur le bouton « poke » qui apparaît sur le profil des utilisateurs. C’est le degré zéro de la communication.

    Chouette blogue sinon. Je suis tombé dessus il y a peu (sans me faire mal, merci de vous inquiéter) et j’en ai déjà lu une partie. Et je me suis abonné au flux rss, c’est dire.

    Bonne continuation.

Répondre à Colar Annuler la réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*