Faune politique

Expression un brin sibylline dans le Devoir de ce samedi, sous la plume de Louis Hamelin : «la lutte larvée qui continue d’opposer les tenants du “projet de société” aux caribous, ou partisans pressés de l’indépendance pure» (12-13 septembre 2009, p. F4).

Caribous ? Il ne doit pas s’agir du renne du Canada, le Rangifer tarandus, qu’on voit mal discuter avec «les tenants du “projet de société”». Mais alors ?

Il s’agit en fait d’une créature politique qui existe de longue date — le militant-indépendantiste-québécois-pur-et-dur —, à laquelle on a trouvé une nouvelle étiquette.

Dès 2006, Patrick Bourgeois et René Boulanger postulaient une opposition nette : «Le courage d’un côté, et la peur de l’autre. Voilà ce qui différencie les purs et durs des réalistes, les caribous des farouches chevreuils à l’œil toujours larmoyant, les oreilles bien campées sur la nuque, effrayés par le moindre bruit.»

Le 17 avril 2008, sur le site AmériQuébec.net. Le portail de l’Amérique francophone, Louis-Joseph Benoit se montrait plus ouvert, quand il publiait un texte intitulé «Le “call” aux caribous» : «Cet article est un appel [«call»] à la mobilisation modestement lancé en tout respect à ceux que j’appelle avec affection, taquinerie et un certain sens historique “les caribous”, mes sœurs et frères compatriotes dans ce combat pour l’indépendance du Québec que nous menons.»

Double paradoxe. D’une part, pour défendre l’indépendance québécoise, les purzetdurs se réclament d’un animal qui est le «symbole du Nord canadien» (l’Oreille souligne). D’autre part, la mémoire collective n’a pas oublié la noyade de 10 000 caribous en 1984 dans la Caniapiscau, pour cause de mauvaise gestion du niveau d’eau de cette rivière.

De la mort collective comme symbole d’indépendance nationale ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

7 thoughts on “Faune politique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*