Les mécontents urbains

Les membres du Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal ne sont pas contents. Ils considèrent que la fusion municipale imposée par le gouvernement du Québec il y a une dizaine d’années n’a pas donné les fruits escomptés à Montréal : à cause du trop grand nombre de «structures municipales» (20 !), d’«administrations municipales» (20 !) et de maires (20 !), la zizanie règne(rait). Résultat : une campagne publicitaire, celle-ci.

L’Oreille tendue se régale.

Les membres du SFMM apostrophent leur ville à la deuxième personne du singulier : «Montréal, fais une ville de toi !» C’est bien leur ville; ils en sont proches.

Ils utilisent une tournure ambiguë. Qui dit Fais un homme de toi valorise un type de comportement supposé (Impose-toi). En revanche, qui dit Fais un fou de toi est plus critique (Couvre-toi de ridicule). Les fonctionnaires municipaux, on l’espère, sont du côté de la valorisation.

Ils demandent à Montréal de se comporter comme une ville. Que pourrait-on lui souhaiter d’autre ? Montréal, fais un village de toi ! ? Montréal, fais un arrondissement de toi ! ? Montréal, fais une région de toi ! ? Montréal, fais une capitale de toi ! ?

Ils ont été prudents : deux hommes, une femme; deux Blancs, un Noir.

Ils ont recours, dans deux cas sur trois, à la phonétique. Quesséçâ ? pour Qu’est-ce que c’est que ça ? Çapâdallure pour Ça n’a pas d’allure (Ça n’a pas de sens). Au passage, on soulignera l’accent circonflexe dans les deux cas : un fonctionnaire municipal, ça cause grave — ou ça s’inspire (vaguement) de Titeuf.

Le troisième cas est plus intéressant : brochafoin. De quoi s’agit-il ? Dans le Dictionnaire québécois instantané, en 2004, nous proposions la définition suivante de broche à foin : «Très déficient, faible.» Nous offrions un exemple : «Il aime Montréal […]. Il aime son caractère broche à foin, mal foutu, parfois quétaine et déglingué» (la Presse, 8 février 2002, p. E1). Le sociologue Alain Médam — c’est de lui qu’il s’agit — a manifestement une tolérance plus élevée au brochafoin que les syndiqués montréalais.

Référence

Melançon, Benoît, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234 p. Illustrations de Philippe Beha.

Dictionnaire québécois instantanté, 2004, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “Les mécontents urbains”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*