Des ans l’irréparable outrage

L’Oreille tendue se sent parfois vieille. Devant cette publicité, par exemple.

«Tweetez» ? Certes. Elle en est.

«Pokez» ? Elle n’a pas la moindre idée de ce que c’est.

Le fossé linguistique entre les générations se creuse sous nos yeux. Bis.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Des ans l’irréparable outrage”

  1. C’est sur facebook qu’on peut poker les gens. C’est une manière de dire « salut » mais sans l’écrire, juste en cliquant sur le bouton « poke » qui apparaît sur le profil des utilisateurs. C’est le degré zéro de la communication.

    Chouette blogue sinon. Je suis tombé dessus il y a peu (sans me faire mal, merci de vous inquiéter) et j’en ai déjà lu une partie. Et je me suis abonné au flux rss, c’est dire.

    Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*