Voltaire et la presse

Voltaire écrivait ce qui suit à Georg Conrad Walther le 18 novembre 1752 : «un auteur est peu propre à corriger les feuilles de son propre ouvrage. Il lit toujours comme il a écrit, et non comme il est imprimé.» Tout éditeur sait que Voltaire, pour l’essentiel, avait raison : il vaut presque toujours mieux faire appel à des correcteurs professionnels plutôt que de demander aux auteurs de se relire et de se corriger eux-mêmes.

Cela étant, les journalistes de la Presse auraient eu intérêt, hier, à corriger leurs propres textes. Il y avait en effet des correcteurs qui dormaient à poings fermés rue Saint-Jacques.

Cahier Sports, p. 1

Page A20

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Voltaire et la presse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*