Sexisme scolaire

Dans le Monde des livres du 30 septembre (p. 10), sous le titre «À quoi bon le féminisme ?», Louis-Georges Tin rend compte d’un collectif dirigé par Delphine Gardey, Le féminisme change-t-il nos vies ? (2011).

Il rappelle que les changements politiques ne se font pas en un jour. Pour cela, un exemple :

Ainsi, on explique aux élèves que, dans sa grande bonté, le général de Gaulle a «accordé» le droit de vote aux femmes à la fin de la seconde guerre mondiale. Or, quand on approfondit le sujet, on comprend en fait qu’après des décennies de combat acharné, les mouvements féministes ont finalement obtenu le droit de vote pour les femmes — ce qui constitue une histoire sensiblement différente.

Certains diraient «bien vu». Ici, on préférera «bien entendu».

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*