Fortune de la tchén’ssâ, ter

William S. Messier, Twitter

Le 19 mai 2012, l’Oreille tendue donnait naissance, en quelque sorte, à l’École de la tchén’ssâ. Depuis, cette école littéraire québécoise a connu une étonnante fortune (il en a été question ici et ).

Six ajouts à ce rayonnement inattendu.

Dans la revue Liberté, sous la plume de Jonathan Livernois («Un shack à soi. De la permanence tranquille ou pourquoi craindre la disparition», numéro 300, été 2013, p. 18).

Jonathan Livernois, Liberté, 300

 

Dans un tweet de @david_turgeon le 6 juin 2013.

David Turgeon, Twitter

Dans l’hebdomadaire Voir, chez Dominic Tardif («8 raisons de marcher jusque chez le libraire», 5 septembre 2013).

Dominic Tardif, Voir

 

Dans le quotidien le Devoir, quand Christian Desmeules rend compte de Dixie de William S. Messier («William S. Messier, maître brasseur», 7-8 septembre 2013, p. F2).

Le Devoir, Christian Desmeules

Dans un modeste Tumblr lancé par un ami de l’Oreille, Chicks With Chainsaws.

Chicks with Chainsaws

Sur le blogue Ils sont partout, le 25 septembre 2013.

Blogue Ils sont partout

Jusqu’où cela s’arrêtera-t-il ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Fortune de la tchén’ssâ, ter”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*