Déploration (révolue ?) du samedi matin

«user sans raison du néologisme et de tous ces mots nouveaux, étranges, qu’inventent là-bas ceux qui n’ayant rien à dire cherchent à suppléer à l’idée par l’inattendu de l’expression; employer tous ces vocables mièvres, ou prétentieux et miroitants comme de faux bijoux, qui tirent l’œil plus qu’ils n’éveillent la pensée; […] faire des livres, en un mot, où la langue est corrompue par l’argot des écrivains malades de France […], où la matière, pétrie de lectures plus que d’idées personnelles, est imprégnée de toutes les sauces piquantes avec lesquelles on relève, là-bas, le ragoût de certains ouvrages : voilà ce qui n’est pas canadien, et voilà ce qu’il faut condamner.»

Camille Roy, Essais sur la littérature canadienne, Québec, Librairie Garneau, 1907, p. 356, cité dans Dominique Garand, la Griffe du polémique. Le conflit entre les régionalistes et les exotiques, Montréal, l’Hexagone, coll. «Essais littéraires», 1989, 235 p., p. 102.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*