Arriver en ville

Étudiante aux cycles supérieurs au Département d’études françaises de l’Université de Montréal, l’Oreille tendue faisait partie du groupe de recherche Montréal imaginaire. Elle y côtoyait un de ses professeurs, Gilles Marcotte, l’auteur du texte «J’arrive en ville».

Quelques années auparavant, fraîchement débarquée de sa banlieue dortoir mono-ethnique, elle habitait, loin de sa famille, au pied de la Côte-des-Neiges. S’y faisant un jour couper les cheveux — c’est de l’histoire ancienne —, elle entendit une jeune coiffeuse, d’origine moyen-orientale, déclarer péremptoirement : «Les hommes, par derrière, ils aiment tous ça.» L’Oreille a eu l’impression ce jour-là d’être arrivée en ville.

Cela lui est revenu avant-hier, quand elle a constaté la disparition du salon de coiffure qu’elle fréquentait alors. La phrase, elle, lui est restée.

Référence

Marcotte, Gilles, «J’arrive en ville», Vice versa, 24, juin 1988, p. 26-27; repris sous le titre «J’arrive en ville…», dans Écrire à Montréal, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1997, p. 17-22.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*