Plume, contre

Plume Latraverse, spectacle «Récidives», 2015, afficheGrâce à la sagacité d’un des membres de son couple — ce n’était pas elle —, l’Oreille tendue a assisté hier soir au spectacle «Récidives» de Plume Latraverse à la Cinquième salle de la Place des arts de Montréal. (Oui, ce Plume-là, celui de mais, des foufounes, du zeugme, de FIP, de l’allitération en f, des chansons pour sacrer.)

Pour comprendre ce qui va suivre, il faut savoir que Plume a un public fidèle — il était présent hier soir — et que ce public apprécie plus (euphémisme) certaines de ses chansons que d’autres. Ledit public a essayé d’obtenir ces chansons hier soir, en hurlant «cognac» (pour «Rideau») ou «Chambre à louer» (c’est le titre d’une vieille chanson de Plume). Il ne manquait que «Bobépine».

Rien à faire : ce spectacle en «Trio laid» — complété par Jean-Claude Marsan et Grégoire Morency — était pour le chanteur l’occasion de faire des chansons moins connues («Les patineuses») et des inédites («Le monde fatal», «Le noctambule égaré»), et rien n’allait lui faire perdre le cap. Comment s’assurer de cela ?

En enchaînant les pièces. Il y avait très peu de silences durant lesquels le public aurait pu vociférer ses desiderata.

En proposant de nouvelles compositions. «À l’os Thanatos» est le refrain de «Vieux os», chanson pour tournée de CHSLD, dixit l’interprète.

En refusant, au rappel, les succès attendus et en offrant plutôt des chansons plus douces, par exemple «Vivre dans une valise».

En répondant à une spectatrice, qui venait de lui hurler «On s’ennuie», «Ennuie-toi câlice. C’est pas moi qui vas t’en empêcher.»

Tout un spectacle contre ses propres lieux communs. Il faut admirer.

P.-S. — Cela dit, il y avait aussi «La chanson de Jean-Claude» et «Les concaves». On ne se refait pas.

 

[Complément du 28 novembre 2019]

Spectacle «Séquelles ?», 2019, affiche

Rebelote hier soir au Théâtre de la ville à Longueuil : Séquelles ?, le nouveau spectacle du Trio laid.

Public (I). Comme en 2015, les spectateurs n’hésitent pas à crier leurs demandes (pas du tout) spéciales. Exemple. Une spectatrice exige, évidemment, «Bobépine». Le chanteur répond : «Ça, c’est une chanson de monsieur Lapointe. Ulric Lapointe.» Les fans d’Éric Lapointe apprécieront.

Public (II). Buveurs de bière. Pas toujours de la première jeunesse (plusieurs «têtes grises», note Plume). Beaucoup de barbus à casquette qu’on imagine sans mal chauves et tatoués.

Répertoire. Plume interprète des chansons anciennes et nouvelles, parfois au complet, parfois partiellement : les toujours magnifiques «Marie-Lou» et «Les patineuses», «El Niño», «Blouse d’automne», «À tire-larigot», «Les avaleurs d’asphalte», «Survivre», «Cahin-caha», «Si / Immatérielle Daynise» (Caron), «Fait D’hiver (Ti-minou d’amour)», «La piste cyclable», «Quelle histoire», «Ainsi soit-il», «La p’tite vingnenne pis l’gros torrieu», «Alice», «Les mauvais compagnons», «Chez Dieu», «La bienséance», «New Orleans», «Beau filon» («les poupounes les toutounes / avec leurs grosses foufounes / forment des rimes assez nounounes»). Pour «Les pauvres» (qu’appréciait Gilles Marcotte), le chanteur demande un éclairage «misérable», si possible avec «du brun». L’enchaînement entre «Le roi de la marchette» et «Chien fou» est parfait. «Sapolin» est donnée dans une réjouissante version rock. «Jonquière» est adaptée : «Merci ben pour l’accueil / On a eu ben du fun à Longueuil.» En rappel : la récente «Enwèye Emma !» («Braille-nous kèk chose»), joliment mêlée à l’ancienne «Ne pleure pas petite fille», évoque les travers de la «dramaturgie québécoise» (à la télévision, ça pleure tout le temps); ça se termine avec «La piaule de Louis».

Marsan (Jean-Claude). Pour cause de blessure au milieu du corps du guitariste attitré du Trio laid, la représentation du 18 octobre avait dû être reportée à hier. Malgré le titre (interrogatif) du spectacle, «Jean-Claude» n’avait pas de séquelle. Il pétait le feu.

Enchaînements. Plume était juste assez bougonneux.

À la prochaine ? Certes.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Une pensée sur “Plume, contre”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*