Hamaderies

Sam Hamad, ministre du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du gouvernement du Québec Le 10 novembre 2015, Sam Hamad, le ministre du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du gouvernement du Québec, tenait une conférence de presse :

Hamad : Alors, j’ai… Mesdames et messieurs, bon après-midi. J’ai présenté aujourd’hui le projet de loi n° 70 qui contient trois éléments importants. Le premier, c’est la création d’un nouveau programme d’aide sociale, il s’appelle Objectif emploi; le deuxième, c’est la formation… la loi sur la formation professionnelle, la loi 1 %, et la loi aussi sur le développement des compétences; et le troisième élément dans ce projet de loi, c’est l’exclusion des revenus de succession pour les personnes à la solidarité sociale. […]

Lessard (Denis) [de la Presse] : Quand vous parlez d’emploi convenable, c’est un emploi que la personne est capable de faire. Si on a un cas, je ne sais pas, moi, quelqu’un qui a une maîtrise en littérature, puis on lui offre un poste de commis au Provigo, il est tenu de l’accepter ?

Hamad : Non, mais on va regarder sa situation. Peut-être, à la limite, on dit : Bon, mais actuellement, dans ta connaissance…

Lessard (Denis) : C’est un emploi convenable, il est capable de le faire.

Hamad : Pardon ?

Lessard (Denis) : C’est un emploi convenable, puis il est capable de le faire.

Hamad : Oui, convenable, il est… c’est sûr, mais on ne veut pas non plus, là, obliger les gens à défavoriser leurs connaissances puis leurs compétences. En fait, là, ça se peut que cette personne-là, à la limite, on lui offre des formations additionnelles pour améliorer ses compétences puis aller plus loin (source).

Le même ministre a récemment fait les deux déclarations suivantes : «On vient pas d’inventer la roue à trois boutons»; «Le conseil des ministres, c’est la prérogatoire du premier ministre.»

Sans exiger du ministre qu’il fasse une maîtrise en littérature et qu’il «défavorise» ses «connaissances», puis ses «compétences», pourrait-on respectueusement lui offrir «des formations additionnelles pour améliorer ses compétences puis aller plus loin» (le plus loin possible) ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*