Dé-

Si tu peux gravir un mont, tu peux aussi le dégravir : «Bientôt nous avons dégravi le mont Phoscaos […]» (Salut, mon pope !, p. 199-200).

Si tu peux pendre ta veste, tu peux aussi la dépendre : «Il dépendit sa veste qu’il avait mise à un clou […]» (le Coup de Vague, p. 87).

Si tu peux te faire radicaliser ou embrigader, tu peux aussi te faire déradicaliser ou désembrigader : «Le terme “déradicalisation”, largement décrédibilisé, commence à être remplacé par “désembrigadement” dans le discours institutionnel» (@_DavidThomson).

Si tu peux prioriser quelque chose, tu peux le déprioriser : «Dans les faits, bien entendu, si vous établissez certaines priorités, vous en dépriorisez» (le Devoir, 21 juillet 2016, p. A8).

Si tu peux te faire sodomiser, tu peux te faire désodomiser : «C’est toi le petit génie, non ? répondit un autre inspecteur concentré sur la meilleure façon de désodomiser la troisième victime» (Yeruldelgger, p. 30).

Références

Manook, Ian, Yeruldelgger, Paris, Albin Michel, coll. «Le livre de poche. Policier», 33600, 2016 (2013), 646 p. Avant-propos inédit de l’auteur.

San-Antonio, Salut, mon pope ! Roman spécial-police, Paris, Fleuve noir, coll. «S.A.», 25, 1974 (1966), 254 p.

Simenon, Georges, le Coup de Vague, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 1935, 1978 (1939), 151 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *