Le zeugme du dimanche matin et d’Alessandro Baricco

Alessandro Baricco, la Jeune Épouse, 2016, couverture

«Modesto esquissa une courbette reconnaissante et s’éloigna du lit en faisant les premiers pas à reculons. Puis il pivota sur lui-même, comme si un coup de vent et non un choix inopportun lui avait dicté ce mouvement. Enfin, il sortit de la pièce et de ce livre sans dire un mot.»

Alessandro Baricco, la Jeune Épouse, traduction de Vincent Raynaud, Paris, Gallimard, coll. «Du monde entier», 2016, 223 p., p. 220.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*