Les littéracies universitaires

Écriture scientifique, écriture sous contraintes ?, ouvrage collectif, 2013, couverture

Depuis quelques jours, dans la rubrique Thèses sur la thèse, l’Oreille tendue a regroupé des comptes rendus d’ouvrages portant — sur le mode humoristique ou sous forme de conseils — sur la rédaction de la thèse de doctorat.

Quel que soit leur angle d’approche, ces ouvrages ont une visée commune : mettre au jour ce qui n’est que très rarement expliqué aux étudiants des cycles supérieurs. Comment formuler une hypothèse de recherche ? Comment préparer une présentation orale ? Comment rédiger une thèse ? Trop souvent, les étudiants doivent trouver des réponses à ces questions par la simple observation de ce qui se passe autour d’eux.

Pourtant, il existe un champ des sciences humaines qui étudie les formes de la lecture et de l’écriture universitaires. Les collaborateurs de l’ouvrage collectif Écriture scientifique, écriture sous contraintes ? (2014) présentent ces «littéracies universitaires».

Quelles questions se posent les gens qui travaillent dans ce champ neuf ? Lisons un passage de l’«Introduction» de Catherine Gravet (p. 5-8).

La rédaction d’une synthèse ou d’un rapport, d’un mémoire ou d’un travail de fin d’études, d’un texte de vulgarisation, d’un article scientifique, d’une thèse de doctorat demande des compétences stylistiques, peut ou doit répondre à des conventions ou des normes qui ne sont pas toujours explicites. Lesquelles ? Si ces normes existent, elles ne sont pas toujours comprises ni appliquées. Pourquoi ? L’objectif de communication varie-t-il ? Les publics auxquels ces textes sont destinés déterminent-ils l’application de conventions différentes ? Écrit-on pour des experts ou des pairs comme on écrit pour un plus grand public ? L’écrit scientifique est-il élitiste ? Quelle est la marge de liberté dont dispose l’auteur ou le scripteur ? L’écrit dit «scientifique» a-t-il un «style» ? Si oui, quelles sont ses caractéristiques ? Enseigne-t-on ce style ? Si oui, comment ? D’où viennent les prescriptions qui lui seraient applicables ? Ses caractéristiques répondent-elles à une nécessité ? Sont-elles constantes dans le temps et dans l’espace ? Changent-elles en fonction de la discipline concernée ou de la langue utilisée ? L’écrit «scientifique» s’immisce-t-il dans le littéraire ? Quelles fonctions remplit-il alors ? Peut-on comparer l’écriture scientifique à d’autres écritures ? Etc. (p. 6)

Ce qui n’est pas «explicite» doit donc le devenir. C’est à cela que s’attaquent les douze auteurs des articles contenus dans Écriture scientifique, écriture sous contraintes ? Exemples ci-dessous.

Jean-Marc Defays («Prolégomènes à l’“analyse du discours scientifique” : qu’est-ce ? pour quoi ? par qui ? comment ?», p. 11-14) indique la double contrainte devant laquelle se trouvent les professeurs : former les étudiants «au système ambiant», mais refuser de les «formater» (p. 14).

Dans «Un regard sur la subjectivité de l’objectivité — et sur l’objectivité de la subjectivité — dans la formation à l’écriture scientifique en sciences politiques» (p. 61-75), Serge Deruette passe de Pierre Bourdieu à Frank Zappa et de Max Weber au curé Meslier pour contester la «conception idéaliste» que l’on se fait trop souvent de la recherche (p. 65). Il se méfie, à juste titre, des «contraintes normatives» implicites (p. 71).

Pour terminer, une définition : «Le champ des littéracies universitaires est un champ en construction qui traite de l’appropriation et de la maîtrise, par les étudiants, des discours universitaires, ce qui sous-tend non seulement l’apprentissage de pratiques lecturo-scripturales mais implique aussi la prise en compte d’un certain type de rapport à l’écrit universitaire» (Carole Glorieux, «La question du brouillage des désignations dans les mémoires d’application en journalisme», p. 119-133, p. 119 n. 2).

Allons plus loin. Le travail nécessaire sur les littéracies universitaires, qui portent sur l’écrit, ne peut suffire à lever le voile sur ce qu’est le monde de la recherche. Avec les étudiants des cycles supérieurs, il faut aussi traiter des pratiques de sociabilité (le colloque, la soutenance de thèse) et du fonctionnement des institutions universitaires (l’évaluation par les pairs, le monde de la publication savante, la structuration des carrières). Entrer en thèse, c’est se trouver devant tout cela.

P.-S.—Oui, on voit probablement plus souvent littératie.

P.-P.-S.—Proposition d’exercice pour les spécialistes en littéracies universitaires : montrer comment raccourcir les titres d’articles interminables.

Référence

Gravet, Catherine (édit.), Écriture scientifique, écriture sous contraintes ?, Mons, Université de Mons, Service de Communication écrite, coll. «Travaux et documents», 5, 2014, 145 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*