L’oreille tendue de… Jack Kerouac, bis

Jack Kerouac, Visions de Gérard, éd. de 2012, couverture«Le bienheureux prêtre, le Père Anselme Fournier, de Trois Rivières, Québec, le dernier de douze fils mais le premier aux yeux de son père, les mains roses là où il aurait pu avoir les mains rendues calleuses par la terre d’Abraham, reçoit Ti Gérard dans le confessionnal en faisant glisser son panneau et en tendant une oreille prompte et docile, chargée par un long après-midi —— Des toussotements tournent au plafond et raclent le sol, et se posent sur la mer de stalles, un prie-dieu grince Sca-ra-at ! et un bang rude s’élève, en harmonie, près de l’autel où quelqu’un s’affaire, avec force craquements, avec une chaise et des mouchettes à cierges.»

Jack Kerouac, Visions de Gérard, traduction de Jean Autret, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 5389, 2012, 192 p., p. 57.

Dans l’original : «The fortunate priest, Père Anselme Fournier, of Trois Rivières Quebec, the last of twelve sons but the first in his father’s eye, pink-handed where he might have been horny-handed from the soil of Abraham, receives Ti Gerard in the confessional by sliding open his panel and bending quick ear obedient and loaded with long afternoon—Coughs revolve around the ceiling and sail and set in the pew sea, a knee-rest scrapes Sca-ra-at ! with a harsh harmonizing bang from the altar where a worker creaks around with chair and candle snuffer—» (Visions of Gerard, New York, Penguin Books, 1991, 130 p., p. 26).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*