De la mesure

L’Oreille tendue, qui est de la compagnie, s’interroge depuis des années sur les raisons qui expliquent pourquoi les intellectuels sont aussi peu appréciés, que ce soit au Québec ou ailleurs. (Voir ici, par exemple.)

À ces raisons, ajoutons-en une aujourd’hui : l’absence de sens de la mesure. Deux exemples.

Michel Serres, «philosophe, historien des sciences et homme de lettres français» (dixit Wikipédia), publie, avec Michel Polacco, une Défense et illustration de la langue française aujourd’hui (2018). Comment appeler les défenseurs du «sabir anglosaxophone» (p. 6) ? Ce sont des «collabos» (p. 5-7). Explication :

Il y a, aujourd’hui sur les murs de Paris, plus de mots anglais qu’il n’y avait de mots allemands pendant l’Occupation. Où sont donc les troupes d’occupation ? Qui sont donc les collabos ? J’ai compté, un jour, place de la Bastille, quatre-vingt-douze mots anglais pour vingt mots français, sur les murs. […] Les nazis ont plus respecté notre langue que nos propres annonceurs ne le font (p. 56).

Utiliser des mots anglais à la place des mots français serait l’équivalent d’aider l’ennemi à contrôler le territoire national, rien de moins.

Le même Michel Serres fait partie du «collectif d’écrivains» qui publiait le 27 janvier 2019 une lettre ouverte sous le titre «Non au “Young Adult” à Livre Paris !» À quoi s’en prenaient-ils ? À l’omniprésence de l’anglais — young adult, live, bookroom, brainsto, photobooth, bookquizz — au Salon du livre de Paris, récemment rebaptisé Livre Paris. Réglons une chose : ce recours à l’anglais est ridicule (le Petit Robert, édition numérique de 2014 : «De nature à provoquer le rire, à exciter la moquerie, la dérision»). Cela est incontestable.

Citations choisies de cette tribune :

Pour nous, intellectuels, écrivains, enseignants, journalistes, et amoureux de cette langue venus de tous les horizons, «Young adult» représente la goutte d’eau qui fait déborder le vase de notre indulgence, de notre fatalisme parfois. Ce «Young adult», parce qu’il parle ici de littérature francophone, parce qu’il s’adresse délibérément à la jeunesse francophone en quête de lectures, est de trop. Il devient soudain une agression, une insulte, un acte insupportable de délinquance culturelle.

Aucune subvention ne peut être accordée à une manifestation culturelle où un seul mot français serait remplacé inutilement par un mot anglais.

Nous demandons au ministre de l’Éducation de renforcer la protection des Français les plus jeunes face aux agressions de l’uniformité linguistique mondiale. Aucun mot anglais inutile ne doit paraître dans les programmes scolaires. Les cours de français doivent comprendre la redécouverte et la réinvention de notre langue par les élèves, aujourd’hui victimes d’un globish abrutissant.

On voit le ton : «agression» (deux fois), «insulte», «acte insupportable de délinquance culturelle», «abrutissant». Le vocabulaire n’est pas celui de la nuance : «de trop», «Aucune subvention», «Aucun mot anglais». Les signataires n’ont pas peur d’avoir recours à l’expression «grand remplacement». Eux aussi évoquent la Collaboration : «Nous disons à ceux qui collaborent activement à ce remplacement qu’ils commettent, à leur insu ou délibérément, une atteinte grave à une culture et à une pensée plus que millénaires, et que partagent près de trois cents millions de francophones.» Ils semblent croire à l’existence d’un «génie» de la langue française.

Renvoyons-les à une phrase prêtée à Talleyrand («tout ce qui est excessif est insignifiant») et suggérons-leur l’humour du Conseil supérieur de l’audiovisuel.

Appelons-les, bref, à un peu de mesure. Peut-être seront-ils mieux entendus.

Référence

Serres, Michel et Michel Polacco, Défense et illustration de la langue française aujourd’hui, Paris, Le Pommier, coll. «Le sens de l’info !», 2018, 127 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*