Le zeugme du dimanche matin et de Leonardo Padura

Leonardo Patura, Passé parfait, 2014, couverture

«Mais dans le cas présent, il avait en main un Davidoff esquinté et un compte à régler avec un subordonné : il prit l’une de ses pires combinaisons de voix et de ton.»

Leonardo Padura, Passé parfait, traduction de Caroline Lepage, Paris, Métailié, coll. «Suite hispanique», 2014, 215 p., p. 15.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*