La clinique des phrases (y)

(À l’occasion, tout à fait bénévolement, l’Oreille tendue essaie de soigner des phrases malades. C’est cela, la «Clinique des phrases».)

Soit la phrase suivante, dans un éloge d’un ancien premier ministre du Québec, mort récemment, Bernard Landry :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère Thérèse Granger, ses deux épouses consécutives, Lorraine Laporte et Chantal Renaud et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants.

Il faut, évidemment, ajouter trois virgules, une après «ardemment», une après «mère», une après «Renaud» :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment, d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère, Thérèse Granger, ses deux épouses consécutives, Lorraine Laporte et Chantal Renaud, et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants.

Il faut, évidemment, ajouter une conjonction avant «ses deux épouses» :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment, d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère, Thérèse Granger, et ses deux épouses consécutives, Lorraine Laporte et Chantal Renaud, et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants.

Il faut, évidemment, ajouter deux prépositions, avant «ses petits-enfants» et avant «ses arrière-petits-enfants» :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment, d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère, Thérèse Granger, et ses deux épouses consécutives, Lorraine Laporte et Chantal Renaud, et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, de ses petits-enfants et de ses arrière-petits-enfants.

Surtout : que vient faire «consécutives» dans cette affaire ? L’auteure du texte avait-elle peur de laisser planer un soupçon de polygamie sur l’objet de son éloge ? Pourquoi prendre la peine de préciser que Bernard Landry n’a pas été marié en même temps à Lorraine Laporte et à Chantal Renaud ? On s’en doutait bien. Allégeons :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment, d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère, Thérèse Granger, et ses deux épouses, Lorraine Laporte et Chantal Renaud, et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, de ses petits-enfants et de ses arrière-petits-enfants.

Cette histoire de polygamie potentielle vous embête toujours ? Voici une proposition de l’Oreille tendue, mais c’est bien parce que c’est vous :

Monsieur Landry aimait la vie et les êtres goulûment, passionnément, ardemment, d’un amour doux et brûlant. Il était lui-même enveloppé d’amour. Celui de trois femmes exceptionnelles, sa mère, Thérèse Granger, et ses deux épouses, Lorraine Laporte, puis Chantal Renaud, et celui de ses enfants, Pascale, Julie et Philippe, de ses petits-enfants et de ses arrière-petits-enfants.

À votre service.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*