Nouvelles du front

Comme tant d’autres guerres, celle de quitter est peut-être en train de dégénérer. Voici où en était l’affichette du septième étage de la Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal ce lundi :

Université de Montréal, 20 juillet 2009
Université de Montréal, 20 juillet 2009

Jusqu’à maintenant, le débat était essentiellement linguistique : peut-on, ou bien point, employer le verbe quitter sans complément d’objet ? Avec ce «sucer aussi», le ton devient licencieux.

Par ailleurs, sur le plan de la langue, ça se discute, ce «aussi», comme ne manque pas de le faire remarquer le Petit Robert. Sucer est transitif, y lit-on, mais il existe aussi un autre emploi : «Absolt, Fam. Consommer du combustible. Voiture qui suce beaucoup.»

Il semble à l’Oreille tendue que l’on pourrait mieux circonscrire l’usage à partir d’exemples différents — cités de mémoire —, de la bande dessinée Chick Bill («Toute la ville suçait en cœur») à la poésie belge («Je ne décore plus je suce»).

Mais cela nous entraînerait trop loin du front.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Nouvelles du front”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*