De la pudeur

Publicité télévisée pour la bière Coors.

On lit : «T’en veux une froide ?»

On entend : «T’en veux-tu une froide ?»

Cache ce «tu» que je ne saurais voir.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “De la pudeur”

  1. Ça me paraît euphonique, ce « tu » excédentaire.

    Mais je suis prêt à un compromis.

    Nous retirons les pronoms superfétatoires, mais nous permettons les « festivaux ».

    Voilà qui est équitable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*