De la plogue

L’ami Antoine Robitaille se demandait récemment quelle graphie préférer, de plogue ou de plugue. À l’Assemblée nationale du Québec, on a tranché pour le u. Débat ici.

Le mot, lui, ne pose pas de problème : il est d’usage courant.

Il peut désigner la promotion (ploguer un spectacle), voire l’autopromotion (autoplogue). L’expression «Pure plogue promotionnelle» (le Devoir, 10 septembre 2001) est donc pléonastique.

Il désigne aussi une prise — de courant, pour les écouteurs, etc. Exemple (ça ne s’invente pas) : «Ploguez vos écouteurs» (vol Air Canada AC 945, Orlando => Montréal, 11 août 2010).

Puisqu’on peut ploguer, on peut aussi déploguer, voire tirer la plogue, au sens littéral comme au figuré. L’expression signifie alors mettre fin à : «Autant tirer la plogue moi-même avant que les gens me déploguent» (la Presse, 20 mars 1999).

On l’aura compris : quoi qu’en pense l’Assemblée nationale, l’Oreille tendue préfère la graphie en o, histoire d’être fidèle à la prononciation du mot et de ses dérivés.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “De la plogue”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*