Sauvé par une babouche

Dans Eh bien, dansez maintenant…, Marc Lambron se fait «menu chroniqueur des très riches heures de la sarkozye» (p. 174), en l’occurrence de la première année de la présidence de Nicolas S. Sa série de «croquis» (p. 231) — du prince lui-même, de ses épouses, de ses prédécesseurs, de ses sous-fifres, de ses adversaires — se laisse lire d’un œil distrait.

Puis, subitement, on tombe sur la phrase suivante : «Garant de la laïcité, n’allant d’ailleurs guère à la messe, [Nicolas Sarkozy] soutenait pourtant que la ferveur des croyants doit être mise au service de l’intérêt civique, prompt à baiser tactiquement la mule du pape, sinon la babouche de l’imam» (p. 90-91). Avant l’apparition de la babouche, on aurait pu s’interroger sur le rapport du président français aux animaux. Heureusement que cette babouche est là.

Référence

Lambron, Marc, Eh bien, dansez maintenant…, Paris, Grasset, 2008, 231 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*