Les zeugmes des lecteurs et du dimanche matin

Deuxième livraison de zeugmes repérés ou créés par les lecteurs de l’Oreille tendue; la première est ici.

I

«Je ne suis pas certaine que j’avais déjà une poitrine et un avenir

Juste un livre sous le bras»

Jennifer Tremblay et Normand Cousineau, De la ville, il ne me reste que toi, Les éditions de la bagnole, 2011, non paginé.

Merci à @ljodoin.

II

«Il lui demanda si elle avait repris du poil de la bête. Elle lui répondit que, quitte à choisir, elle préférait finalement reprendre du thé» (@Centquarante, 11 février 2012).

À @desrosiers_j, qui se demandait s’il s’agissait d’un «zeugme écartelé», @Centquarante confirma : «D’un geste un rien brutal, il écartela un zeugme. Puis, il reprit son activité ordinaire de bourreau des mots.»

III

«à Épinay-sur-Orge, je dus lui donner un coup sur l’épaule pour le faire descendre de son rêve et sur le quai» (Gaston Leroux, le Mystère de la chambre jaune).

Merci à @JeanSylvainDube.

IV

Saint-Valentin oblige, cette photo, de Woody Allen et Romy Schneider (Paris, 1964), a circulé sur Twitter.

Commentaire de @beloamig_ : «Il l’embrasse non seulement sur une échelle, mais sur la bouche aussi.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*