Une parole singulière

Un publireportage paru dans la Presse du 20 juin 2012 présente Judi Richards et Yvon Deschamps comme les «porte-parole bénévole» de la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (p. A17).

Que «porte-parole» soit invariable ne pose guère de problème — encore que le Petit Robert, édition numérique de 2010, accepte la variabilité (les porte-paroles) aussi bien que l’invariabilité (les porte-parole).

En revanche, «bénévole», au singulier, est plus troublant.

Faut-il comprendre que ces porte-parole(s) «bénévole» (sans s) parleront d’une seule voix ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*