Langue de campagne (18)

Les campagnes politiques sont faites pour attaquer ses adversaires. Au Québec, en 2012, de quoi s’accuse-t-on les uns les autres ? Les débats télévisés du mois d’août offrent quelques pistes de réflexion.

Le chef du Parti libéral trouve que celui de la Coalition avenir Québec change souvent d’idées. Pour Jean Charest, François Legault n’est «pas fiable».

Entre François Legault et Pauline Marois, la pomme de discorde est syndicale. Lui sur elle : elle a «les mains attachées avec les syndicats». Elle sur lui : «y haït les syndicats». En outre, le caquiste pratiquerait, si l’on en croit la péquiste, la «pensée magique». Inversement, elle représenterait le «statu quo»; pire, elle serait le chef des caribous.

François Legault a deux obsessions : les mains et la gêne. Contrairement aux autres, il n’a pas, lui, les mains «attachées» : les siennes sont «libres» et «propres». Il trouve que ses adversaires devraient se sentir mal de ce qu’ils ont fait ou dit : «Vous êtes pas gênée» (à Pauline Marois, le 19 août et le 22 août); «Vous êtes pas gênée» (à Françoise David, de Québec solidaire, le 22 août); «Vous devriez être gêné» (à Jean Charest, plusieurs fois, le 21 août); «C’est gênant, c’que vous faites» (à Pauline Marois, le 22 août).

Jean Charest se méfie, entre autres choses, de la cruauté de sa vis-à-vis du Parti québécois. Ses positions sur la santé, en effet, «ça donne des frissons à du monde».

Le «bon sens» paraît être une qualité enviable. Pauline Marois, Jean Charest et François Legault accusent leurs adversaires, individuellement ou collectivement, d’en manquer. De la même manière, il y aurait, quelque part, une «vraie vie»; c’est du moins la position de Jean Charest. Certains l’ignoreraient (à François Legault : «Ça marche pas comme ça la vie»).

Y a-t-il un ennemi commun à tous ? Évidemment : «la chicane». Personne ne la souhaite, et tous accusent l’autre de la fomenter. Ce sont des élections bien québécoises.

P.-S. — Ces attaques et insultes sont évidemment réversibles. François Legault a renvoyé son insulte («pas fiable») à Jean Charest et Pauline Marois l’a utilisée à l’égard de François Legault (la Presse, 29 août 2012, p. A1). Elle a aussi traité le chef de la Coalition avenir Québec de «presque caribou» (radio de Radio-Canada, 30 août 2012). On peut parfois s’y perdre.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*