Langue de campagne (20)

Au plus fort de la crise étudiante du printemps dernier au Québec, Line Beauchamp, qui était alors ministre de l’Éducation, avait déclaré à des journalistes que les demandes des étudiants avec lesquels elle négociait la laissaient «pantoite». Plusieurs en étaient restés pantois.

Lors d’un face-à-face télévisé avec la chef du Parti québécois, Pauline Marois, Jean Charest, du Parti libéral du Québec, l’a accusée de vouloir faire planer «un épée de Démoclès» sur la tête des électeurs québécois. On l’a beaucoup raillé pour cette double bourde, répétée dans une conférence de presse tenue immédiatement après ce face-à-face du 20 août.

Ces deux fautes ne sont pourtant pas exactement de même nature, et la première est particulièrement révélatrice du rapport à la langue des politiques au Québec.

Durant le face-à-face, Jean Charest a fait une faute, ce qui arrive à tout le monde, et personne de son entourage n’a probablement eu le temps de la lui indiquer avant la conférence de presse. En revanche, Line Beauchamp a commis sa faute le matin et elle continuait à la répéter en fin d’après-midi le même jour, notamment à la radio. Aucun des proches de la ministre n’a pu la corriger ? Aucun ne l’a voulu ?

Dans le même ordre d’idées, il y a pire.

Dans une publicité radiophonique tombée dans l’oreille de l’Oreille tendue le 27 août, Jean Charest employait un «lequel» où il aurait fallu «laquelle»; or il ne parlait pas en direct.

La Coalition avenir Québec de François Legault ne fait pas autre chose. Sa publicité, sans guère se soucier de la langue, ne dit-elle pas «On est les seuls qui doivent rien à personne. Nous, on va le faire» ? (Merci à @MarcCassivi pour la citation.)

Il y a donc des gens, quelque part, qui conçoivent des campagnes publicitaires et qui y tolèrent une langue fautive ou approximative. La pratique n’est pas nouvelle : durant la campagne électorale de 1989, les publicités du Parti libéral du Québec ne se gênaient pas pour scander «C’que l’Québec a besoin».

Comment expliquer ce mépris de la correction la plus élémentaire, dont il est difficile d’imaginer un équivalent ailleurs dans le monde ?

Une explication psychologique pourrait être avancée, mais elle ne saurait convaincre : certains membres de leur personnel politique hésiteraient à corriger leur patron, par exemple Line Beauchamp.

On pourrait aussi postuler que la faiblesse de la langue des politiques et de leur entourage n’est que le reflet de celle de la population en général. Le personnel politique parlerait aussi mal que le reste des électeurs, ou, pour le dire autrement, il ne parlerait pas plus mal. L’hypothèse serait cruelle.

Il y aurait plus cruel encore. Et si la langue avait tellement peu d’importance pour l’entourage des politiques et pour les politiques eux-mêmes que tous ces gens repéraient les fautes de leurs publicités, mais les laissaient volontairement passer ? Après tout, au Québec, qui pourrait s’offusquer de la mollesse de la langue des élus ? Cette hypothèse d’explication serait la plus cruelle, car la plus cynique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*