«Quitter» a quitté

Tony Accurso est un entrepreneur en construction québécois.

Depuis quelques mois, des accusations de nature diverse pèsent contre lui. Il en a marre. Il se retire de ses entreprises. Voilà ce qu’il annonçait avant-hier.

Le journal la Presse a rapidement annoncé la chose sur son site Web. Connaissant l’aversion de l’Oreille tendue pour certain usage du verbe quitter, @iericksen lui a signalé, sur Twitter, cette parution : «Un usage absolument absolu de “quitter”» (merci).

Tony Accurso «quitte»

Le journal papier d’hier matin reprenait l’information (p. A2), mais avec une modification de taille, du moins aux yeux de l’Oreille.

Tony Accurson «part»

Ce n’est pas tout. Le lien qui menait à l’article dont le titre contenait le verbe quitter mène toujours au (presque) même article, mais le titre a encore changé. C’est donc le troisième.

Tony Accurson «n’a rien volé»

On n’arrête pas le progrès.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*