Top, top, top, top, top, top

Riche mot que top. Le Petit Robert (édition numérique de 2010) lui consacre quatre entrées : «signal sonore»; «le top (de qqch.)» / «être au top»; «Haut (d’une tenue vestimentaire féminine)»; «Mannequin vedette à la carrière internationale».

Le deuxième sens se retrouve notamment chez Jean Dion : «J’ai résolu de faire une partie du bag, d’être full hip, top tendance, maxi fashion, méga cool, extra fun plus, super rapport, et pas seulement en usant d’un vocabulaire way branché, genre style comme» (le Devoir, 14 janvier 2003).

Le dictionnaire ne connaît cependant pas deux expressions fréquentes chez les amateurs de sport du Québec.

Le fils cadet de l’Oreille tendue, par les temps qui courent, dit marquer tous ses buts top corner. (Les exégètes verront là un des effets pernicieux du style papillon.)

Top shape, pour sa part, peut passer sans mal du sportif à l’existentiel. Voilà l’expression emphatique du bien-être. — Toi, ça va ? — Top shape !!!

C’est le top du top du top du top du top du top.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Top, top, top, top, top, top”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*