L’oreille tendue de… Georges Perec

Georges Perec, Théâtre I, éd. de 1981, couverture

«Ni la sonnerie, ni les trois coups ne semblent avoir affecté les personnages, à l’exception de la vieille femme dont on peut avoir l’impression qu’elle a interrogativement tendu l’oreille.»

Georges Perec, la Poche Parmentier, dans Théâtre I, Paris, Hachette, coll. «P.O.L», 1981, 132 p., p. 65.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*