Le zeugme du dimanche matin et de Catherine Mavrikakis

Catherine Mavrikakis, l’Éternité en accéléré, 2010, couverture

«Il [Jorge Haider] aurait noyé son chagrin et sa colère dans un bar gay et une bouteille de vodka, avant de prendre la route.»

Catherine Mavrikakis, l’Éternité en accéléré. E-carnet, Montréal, Héliotrope, «Série K», 2010, 278 p., p. 40.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp