Les zeugmes du dimanche matin et de Marc Cassivi

«Puis il y a Carlos, qui dévoile dans ses monologues intimistes comment il a été endurci dès le plus jeune âge par son père, à coups de préjugés masculinistes et de claques sur la gueule.»

«Un petit caïd de banlieue en devenir, qui finira par frapper un mur, perdant tout, son travail, son logement, sa blonde et sa dignité.»

Marc Cassivi, «Élevés par des mononcles», la Presse+, 24 octobre 2021.

P.-S.—Le «mononcle» ? À votre service.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*