Ne quittez pas, bis

L’Oreille tendue pleurait il y a quelques jours son combat perdu contre l’emploi absolu du verbe quitter. Elle se réjouit de se (re)trouver des alliés.

Dans la Mèche courte. Le français, la culture et la littérature, Gilles Pellerin était clair : «Je ne cacherai pas que mon plaidoyer en faveur de la distinction entre le verbe quitter […] et l’intransitif partir […] ne recueille que très peu d’adhésion» (p. 57-58 n. 41). Mais plaidoyer il y avait.

Marie-Éva de Villers en a un aussi, mais plus neutre, dictionnaire oblige, dans la cinquième, et toute fraîche, édition de son Multidictionnaire de la langue française : «Au sens de “s’en aller, partir”, la construction intransitive (il a quitté) est vieillie» (p. 1351).

Il est bon de se sentir moins seul.

Références

Pellerin, Gilles, la Mèche courte. Le français, la culture et la littérature, Québec, L’instant même, 2001, 139 p.

Villers, Marie-Éva de, Multidictionnaire de la langue française, Montréal, Québec Amérique, 2009 (cinquième édition), xxvi/1707 p.

Multidictionnaire de la langue française, cinquième édition, 2009
Multidictionnaire de la langue française, cinquième édition, 2009

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

5 thoughts on “Ne quittez pas, bis”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*