La fin d’une saga ?

Depuis plusieurs années, au Québec, la moindre activité un brin récurrente est qualifiée de saga : «Fin de la saga du gaz» (la Presse, 3 décembre 2003, p. A7); «La saga des festivals de films, encore et toujours…» (le Devoir, 29 novembre 2005, p. B8); «Saga au cœur de Québec Inc.» (la Presse, 10 octobre 2006, cahier Affaires, p. 1).

Hier, à la radio : «le feuilleton de l’ADQ». Ouf.

Il est toujours agréable de constater que l’écosystème linguistique arrive à se renouveler, même s’il doit pour cela revenir à des formes depuis longtemps attestées.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

9 thoughts on “La fin d’une saga ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*