A volonté

Bons mangeurs et bons buveurs, les Québécois aiment aussi économiser. Ils apprécient les buffets à volonté et les bars ouverts, là où l’on s’empiffre et s’imbibe pour un prix unique réputé modique.

Bar ouvert est d’ailleurs devenu synonyme de générosité indue, souvent gouvernementale, dans bien d’autres domaines que la restauration.

«Avis aux propriétaires immobiliers et à ceux qui envisagent de devenir propriétaire : le bar ouvert hypothécaire tire à sa fin» (la Presse, 3 mars 2010, cahier Affaires, p. A1).

«Le Trésor n’est pas un “bar ouvert”. Jean Lapierre affirme qu’Ottawa n’offrira pas la lune à Bombardier» (le Devoir, 9 novembre 2004).

«Patrimoine : “Pas de bar ouvert”, dit Christine St-Pierre» (le Devoir, 19 février 2008, p. B8).

«Le CPQ espère que Québec ne deviendra pas un “bar ouvert”» (le Devoir, 22 décembre 2008, p. A2).

Les Québécois aiment aussi le festival : il y en a des centaines dans la Belle Province.

Julie Snyder, la dulcinée de PKP, a opéré la semaine dernière une fusion inattendue de ces trois expressions populaires, en parlant de «festival du buffet ouvert des injures» («Procès en diffamation intenté par Pierre Karl Péladeau contre Sylvain Lafrance. Julie Snyder défend son amoureux», la Presse, 13 novembre 2010, p. A14).

Ça fait beaucoup.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “A volonté”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*