Transformation de l’extrême

Que le mot extrême nous assaille quotidiennement ne devrait plus être à démontrer. En son honneur, l’Oreille tendue inaugure aujourd’hui une nouvelle catégorie (en bas, à droite).

L’on sait peut-être moins que ce mot, en son acception actuelle, a une (courte) histoire.

Prenons le cas de sports extrêmes, paire banale entre toutes. À l’origine, sports de l’extrême lui faisait concurrence. On voit les deux formes cohabiter dans le dossier de la revue Terminogramme (mai 1997) intitulé «Le français et les sports».

Dans le même ordre d’idées, Christiane Tetet, en 2000, recense «jeux de l’extrême» (p. 508) à côté d’«acrobatie extrême» en motocyclisme (p. 514), et «alpinisme extrême» (p. 520) en même temps qu’«alpinisme/escalade de l’extrême» (p. 524 n. 44).

L’histoire, elle, a tranché.

P.-S. — Que sont ces sports (de l’)extrême(s) ? ULM, canyoning, parapente, funboard, bodyguard et surf. Rien là pour l’Oreille tendue.

Références

Terminogramme. Bulletin de recherche et d’information en aménagement linguistique et en terminologie, 82, mai 1997, p. 2-13. Dossier «Le français et les sports».

Tetet, Christiane, «Le vocabulaire des sports et des loisirs sportifs», dans Gérald Antoine et Bernard Cerquiglini (édit.), Histoire de la langue française 1945-2000, Paris, CNRS éditions, 2000, p. 503-526.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*