Parfum d’essence

Tout un chacun le sait : il ne faut pas s’énerver, il importe de garder son calme, il n’est pas bon de s’emporter — bref, il faut respirer par le nez.

Une autre expression québécoise, moins courante, exprime le même souhait de contrôle de soi. Elle vient du lexique de l’automobile.

L’Oreille tendue en trouve un exemple dans un twitt récent d’@OursAvecNous : «Une page Fb pour la démission de Beauduin “n’a fait qu’accélérer la dégradation de la programmation” ? Prenez votre gaz égal, siouplè.»

Prendre son gaz égal : ne pas appuyer indûment sur le champignon.

Joli.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Parfum d’essence”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*