Ramassez-moi tout ça

Il y a des choses qui ne se font pas sur un terrain de sport.

Le 9 juillet 2006, Zinedine Zidane n’aurait pas dû donner un coup de boule à Marco Materazzi. Au football (nord-américain), il est interdit de célébrer ses exploits de façon trop appuyée; à une époque pas si lointaine, des joueurs chorégraphiaient leurs célébrations et on a décidé de les en empêcher. C’est plus rare qu’avant, mais il arrive encore que des spectateurs sautent, nus, sur les surfaces de jeu; ils ne devraient pas. Il n’est pas recommandé de se faire prendre à se doper. Dans les sports d’équipe, enfin, on punit sévèrement les bagarres — mais pas au hockey, pour des raisons évidemment «culturelles».

Tout ce qui est répréhensible en matière sportive n’est pas lié à la violence. L’Oreille tendue ouvre un de ses quotidiens et elle y lit une déclaration du quart-arrière — c’est du football — de l’équipe de son université : «Nous avons laissé beaucoup trop de points sur le terrain» (la Presse, 23 septembre 2011, cahier Sports, p. 4). Entendre : nous aurions dû marquer et nous n’y sommes pas parvenus.

Il ne faut pas laisser traîner les points n’importe où; ça ne se fait pas (et ce n’est pas propre).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Ramassez-moi tout ça”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*