Non, non, non, non, non et non

«Cette rencontre anodine se voudra l’élément déclencheur d’une série d’événements […]» (la Presse, 4 novembre 2011, cahier Arts, p. 4) ? Non.

«L’acupuncture se veut une médecine préventive» (le Devoir, 5-6 novembre 2011, p. C10) ? Non.

«Le nom de notre projet se veut un petit clin d’œil fait à l’histoire» (le Devoir, 19-20 mars 2011, p. G2) ? Non.

«Une résidence se veut un Club Med pour aînés» (le Devoir, 12-13 février 2011, p. G4) ? Non.

«Le “vert” se veut abordable» (le Devoir, 18-19 septembre 2010, p. H3) ? Non.

Cinq fois non. Il n’est pas impossible que l’Oreille tendue, à l’occasion, puisse se vouloir intolérante quand elle découvre le verbe se vouloir précédé d’un sujet inanimé. Son blogue, lui, peut-il se vouloir puriste ? Non.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Non, non, non, non, non et non”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*