Les zeugmes du dimanche matin et de Simenon

Georges Simenon, le Charretier de la «Providence», couverture

«Eh oui, patron, on prend de la bouteille, du ventre et du grade» (p. 784-785).

Georges Simenon, Maigret à Vichy (1967), dans Œuvre romanesque, Libre expression et Presses de la Cité, coll. «Tout Simenon», 13, 1990, p. 765-877.

 

«on vit le matelot […] faire sauter, du pont et d’un geste précis, les amarres de leurs bittes» (p. 53).

Georges Simenon, le Charretier de la «Providence» (1931), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 1-103 et 1337-1353.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*