Le fondement du monde contemporain

On ne le dira jamais assez : la vie moderne est une affaire de boulons dont il fau(drai)t se défaire.

Des exemples ? Ils pleuvent.

Dans les piédestaux, il y a des boulons : «Pour déboulonner le piédestal de Mère Thérésa» (@RobertBlondin).

Dans les clichés, il y a des boulons : «Binyanga Wainaina déboulonne les clichés perpétrés par les étrangers qui écrivent à propos de l’Afrique» (@plusonlit).

Dans les idées reçues, il y a des boulons : «Idées reçues déboulonnées» (la Presse, 23 janvier 2013, cahier Affaires, p. 7); «Quels mythes entourent la participation cultur. des jeunes à MTL ? Une nvlle étude déboulonne les idées reçues» (@CultureMontreal).

Dans les perceptions, il y a des boulons : «déboulonner cette perception» (le Devoir, 10-11 novembre 2012, p. A12).

Dans les préjugés, il y a des boulons : «Il y a beaucoup de préjugés à déboulonner en fonction de notre image publique» (le Quotidien, 22 février 2013, p. 18).

Dans la figure du père, il y a des boulons : «Son but, qu’il ne rate surtout pas : déboulonner la figure du père» (le Devoir, 16-17 février 2013, p. F4).

Dans les thèses, il y a des boulons : «Paul McRae a créé des liens vers une vingtaine d’articles et documentaires déboulonnant la thèse du réchauffement de la planète» (le Droit, 16 février 2013, p. 6).

Dans les symboles, il y a des boulons : «plusieurs nouvelles déboulonnent les symboles de la religion catholique» (le Soleil, 16 février 2013, p. 35).

Dans les argumentaires, il y a des boulons : «stipule Pétrolia, tentant de déboulonner l’argumentaire du maire de Gaspé» (le Devoir, 6 février 2013, p. B1).

Dans la gouvernance, il y a des boulons : «une gouvernance mieux boulonnée» (le Devoir, 23-24 février 2013, p. A7).

Dans les mythes — surtout dans les mythes —, il y a des boulons : «@CultureMontreal déboulonne les mythes. Le 1er : Les jeunes ne lisent plus !» (@jouimette); «Le mythe de la prima donna déboulonné» (la Presse, 8 août 2012, cahier Affaires, p. 7).

À vos clés !

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Le fondement du monde contemporain”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*