Six phobies pour bien terminer la semaine

Le Devoir, 6 janvier 2014

Phobie : «1. PSYCHOL. Crainte excessive, maladive et irraisonnée de certains objets, actes, situations ou idées. […] 2. COURANT Peur ou aversion instinctive. […] Flaubert et “sa phobie des pronoms relatifs(Thibaudet)» (le Petit Robert, édition numérique de 2014).

La peur de manquer de matériel de lecture ? L’abibliophobie (@JSCarroll).

L’aversion envers les étudiants en philosophie ? La philophobie.

La crainte de ne plus avoir accès à son téléphone cellulaire ? La nomophobie.

La rejet des référendums ? La référendumophobie (@guidoustonge).

La menace contre la famille ? La familiphobie.

La «rancœur», parisienne, «à l’égard des bars et commerces ouverts tard la nuit» et qui dérangent les voisins ? La bistrophobie (TimeOut Paris).

 

[Complément du 3 juin 2015]

On vous reproche de ne pas procréer ? De la pasdenfantophobie, dixit le Journal de Montréal.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Six phobies pour bien terminer la semaine”

  1. La philophobie pourrait également (ou plutôt) signifier l’amour de la peur, non? Voir sur le site éponyme l’éloge de Mathieu Bock-Côté. Je vois bien « Ensemble contre la philophobie » comme slogan du groupe Québec Inclusif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*