Montréal, 18 mars 1955

Conférence de presse de Maurice Richard le 18 mars 1955

[On commémore ces jours-ci le soixantième anniversaire de l’émeute qui suivit l’annonce de la suspension du joueur de hockey Maurice Richard. Récit.]

Le len demain de l’Émeute, le 18 mars 1955, du Forum de Montréal, Maurice Richard fait une déclaration publique bilingue sur les ondes radiophoniques et télévisuelles :

Mes chers amis, parce que je joue toujours avec tant d’ardeur et que j’ai eu du trouble à Boston, j’ai été suspendu. Je suis vraiment peiné de ne pouvoir m’aligner avec mes copains du Canadien dans les séries de détail [les éliminatoires]. Je veux toutefois penser avant aux amateurs de Montréal et aux joueurs du Canadien qui sont tous mes meilleurs amis. Je viens donc demander aux amateurs de ne plus causer de trouble et je demande aussi à tous les partisans d’encourager le Canadien pour qu’il puisse l’emporter en fin de semaine contre les Rangers et le Detroit. Nous pouvons encore nous assurer le championnat. J’accepte ma punition et je reviendrai la saison prochaine pour aider mon club et les jeunes joueurs du club à remporter la coupe Stanley.

Dans l’immédiat, les choses en resteront là. Cela ne revient évidemment pas à dire que l’histoire sera enterrée.

P.-S. — Les amateurs de coïncidences apprécieront : le 18 mars 1945, dix ans plus tôt, encore à Boston, Maurice Richard marque son cinquantième but de la saison, cela en cinquante matchs. Il faudra attendre 1981, et Michael Bossy, des Islanders de New York, pour que ce record soit égalé (et battu). En 1950, dans son 6e numéro, le magazine américain Babe Ruth Sports immortalise le but du Rocket.

Babe Ruth Sports, no 6, 1950

[à suivre]

[Ce texte reprend des analyses publiées dans les Yeux de Maurice Richard (2006).]

Références

«Maurice “Rocket” Richard. La terreur du hockey» / «Maurice “The Rocket” Richard. Hockey’s Battling Terror», Babe Ruth Sports, no 6, 1950.

Melançon, Benoît, les Yeux de Maurice Richard. Une histoire culturelle, Montréal, Fides, 2006, 279 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Nouvelle édition, revue et augmentée : Montréal, Fides, 2008, 312 p. 18 illustrations en couleurs; 24 illustrations en noir et blanc. Préface d’Antoine Del Busso. Traduction : The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. 26 illustrations en couleurs; 27 illustrations en noir et blanc. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau. Édition de poche : Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2012, 312 p. 42 illustrations en noir et blanc. Préface de Guylaine Girard.

Les Yeux de Maurice Richard, édition de 2012, couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Montréal, 18 mars 1955”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*