Sus aux nuisibles

En voyage en France il y a cinq ans, l’Oreille tendue a découvert l’existence de la «Lutte raisonnée contre les nuisibles».

C’est à cette lutte qu’elle a pensé en prenant connaissance, sur le site de l’hebdomadaire Marianne, de l’article «“Bon courage !” et autres tics de langage dans l’air du temps» (30 décembre 2015). Daniel Bernard, Élodie Émery et Anne Rosencher y partent à la chasse — entreprise inutile mais roborative — aux «formules et expressions en vogue».

Bilan.

Il faudrait user avec parcimonie de la formule de salutation «Bon courage», de «Je reviens vers vous», de la litote «C’est pas faux», de «Entre mille guillemets» (parfois confondu avec «Entre parenthèses»), de l’adverbe «Carrément», de «Vite fait», de «Belle journée» (voir «Bon courage») et «du pronom possessif dans les conversations («Je le connais, mon Paul»). Dans la liste de Marianne se trouvent quelques rengaines repérées par l’Oreille et ses lecteurs il y a jadis naguère : «En mode», «(J’)Avoue» (fréquent chez «les jeunes»), «Être sur» (ici et ), «Pas de souci».

L’an prochain, on recommencera.

P.-S. — Merci à @revi_redac pour le lien.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*