Accouplements 43

(Accouplements : une rubriquel’Oreille tendue s’amuse à mettre en vis-à-vis deux œuvres, ou plus, d’horizons éloignés.)

Pendant des années, grâce aux dieux de la baladodiffusion, l’Oreille tendue a suivi avec bonheur, sur France Culture, l’émission Tire ta langue d’Antoine Perraud. Elle est orpheline depuis sa fin bien trop abrupte en 2015.

Chaque émission commençait par un générique dans lequel on entendait «Avoir sa propre langue comme un trésor, pas comme une prison». Vérification faite auprès d’Antoine Perraud (merci), il s’agit de la voix d’Umberto Eco, peut-être en 1992, en dialogue avec Claude Hagège («Mon métier de linguiste n’est ni de me faire le chantre d’une langue commune, en l’occurrence l’anglo-américain, ni de faire entendre des accents de Cassandre, d’être une Cassandre à cocarde»).

Puis ce bandeau, sur Mauvaise langue de Marc Cassivi — dont l’Oreille tendue a parlé ici :

Marc Cassivi, Mauvaise langue, 2016, bandeau

La langue peut, en effet, enfermer. Méfions-nous.

Référence

Cassivi, Marc, Mauvaise langue, Montréal, Somme toute, 2016, 101 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*