Les zeugmes du dimanche matin et de Rosa Montero

Rosa Montero, Des larmes sous la pluie, 2013, couverture

«On la logea au douzième étage, deux en dessous d’Annie Heart, et la rep [réplicant] monta dans sa nouvelle chambre, où elle s’était enregistrée sous son véritable nom, en traînant les pieds et une vague désolation.»

«Elle était en train de marcher à toute allure dans le couloir vers la sortie, tout absorbée à ruminer ses doutes et ses dettes, quand elle tomba sur Habib, l’assistant personnel de la présidente rep.»

Rosa Montero, Des larmes sous la pluie, Paris, Métailié, coll. «Suites», 2013. Traduction de Myriam Chirousse. Édition numérique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*