Les zeugmes du dimanche matin et de Québec Redneck Bluegrass Project

Québec Redneck Bluegrass Project, J’ai bu, 2020, couverture

«Ce pseudonyme lui fut attribué après une brosse mémorable au bar du village durant laquelle il perdit sa guitare et sa dignité, en plus de faire l’une de ses multiples commotions» (p. 115).

«Nous avons eu une fois de plus une tournée de bonheur et d’ibuprofène au quotidien […]» (p. 169).

«C’est fou ce qu’une bonne dose d’alcool et de bonne volonté peut parfois accomplir !» (p. 204)

«Quand tes amis reviennent avec un band, un Irlandais et une soif digne d’un vacancier bien rodé, t’as pas le choix de suivre !» (p. 219)

Québec Redneck Bluegrass Project, J’ai bu, Spectacles Bonzaï et Québec Redneck Bluegrass Project, 2020, 239 p. Avec un cédérom audio.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*