Autopromotion 360

Les amis de l’émission Plus on est de fous, plus on lit ! de la radio de Radio-Canada ont un segment intitulé «L’abécédaire de la résistance». On y donne quelques lettres aux invités; à eux ensuite de trouver un mot à rattacher à cette lettre initiale, ce mot pouvant être un nom commun, un titre d’œuvre, un nom de personne. Avec Martine Desjardins et Francine Pelletier, l’Oreille tendue se prêtera au jeu aujourd’hui, entre 14 h et 15 h. Au menu : N-O-P-Q.

 

[Complément du jour]

On peut (ré)entendre l’entretien ici.

L’Oreille tendue avait choisi quatre mots.

N comme nationalisme. Elle a parlé de ce fabuleux texte :

Belleau, André, «Langue et nationalisme», Liberté, 146 (25, 2), avril 1983, p. 2-9; repris, sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste», dans Y a-t-il un intellectuel dans la salle ? Essais, Montréal, Primeur, coll. «L’échiquier», 1984, p. 88-92; repris, sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste», dans Surprendre les voix. Essais, Montréal, Boréal, coll. «Papiers collés», 1986, p. 115-123; repris, sous le titre «Langue et nationalisme», dans Francis Gingras (édit.), Miroir du français. Éléments pour une histoire culturelle de la langue française, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Espace littéraire», 2014 (3e édition), p. 425-429; repris, sous le titre «Pour un unilinguisme antinationaliste», dans Surprendre les voix. Essais, Montréal, Boréal, coll. «Boréal compact», 286, 2016, p. 113-121. https://id.erudit.org/iderudit/30467ac

O comme Obama (épistolier).

P comme P.K. Subban, celui qu’on a échangé contre du bœuf de l’ouest.

Q comme question.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Laissez un commentaire svp