Le zeugme du dimanche matin et de Heather O’Neill

Heather O’Neill, Hôtel Lonely Hearts, 2018, couverture«Rose avait dit tout cela complètement à poil, vêtue d’un simple collier de fausses perles, d’une paire de talons hauts noirs et d’une petite touffe de poils pubiens.»

Heather O’Neill, Hôtel Lonely Hearts, Québec, Éditions Alto, 2018. Traduction de Dominique Fortier. Édition numérique.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*