Janotismes du jour

Dorvigny, Les battus paient l’amende. Proverbe-comédie-parade ou ce l’on voudra, 1779, page de titre

Définition du janotisme selon le Petit Robert : «VIEILLI Construction maladroite de la phrase donnant lieu à des équivoques (ex. c’est la voiture de ma grand-mère qui est morte)» (édition numérique de 2018).

L’étymologie est précise — «1779 • de Janot, nom d’un personnage du théâtre comique de la fin du XVIIIe» — et juste.

Le personnage de Janot serait en effet apparu dans une courte pièce de Dorvigny, créée en 1779, Les battus paient l’amende. Proverbe-comédie-parade ou ce l’on voudra.

Deux exemples :

«J’ai été battre c’te vieille courtepointe que vous savez ben, avec la voisine, qui était toute pleine de poussière» (p. 975).

«Je vas chercher not’ soupé, qui est chez le pâtissier, au coin de la rue, à côté de ce parfumeur, cuit dans le four» (p. 978).

 

Référence

Dorvigny, Les battus paient l’amende. Proverbe-comédie-parade ou ce l’on voudra, dans Théâtre du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 251, 1974, vol. II, p. 971-997 et p. 1509-1513. Textes choisis, établis, présentés et annotés par Jacques Truchet.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*