Un livre ?

Les médias ont fait un large écho à l’affaire. Le géant commercial Amazon a récemment retiré des lecteurs Kindle de ses clients des versions numériques de 1984 et de Animal Farm de George Orwell. Ceux qui avaient vendu ces textes n’en détenaient pas les droits; c’est ce qui expliquerait le geste d’Amazon.

Cela a évidemment soulevé un tollé, les usagers découvrant à ce moment-là qu’Amazon s’était réservé le droit d’ainsi intervenir dans leur appareil après une vente.

Parmi les plaintes, une constatation récurrente : ce qu’Amazon a fait, aucun éditeur ou libraire, au sens traditionnel des termes, n’aurait pu le faire, soit reprendre, sans son aval, un produit déjà livré à un client.

(Pour un résumé, voir le New York Times, qui a consacré plusieurs textes à cette histoire, notamment le 17 juillet et le 26 juillet.)

Sur le plan de la langue, une remarque.

En anglais, Amazon.com affirme que le Kindle est un Wireless Reading Device. En français, Amazon.fr dit que le Kindle est un «livre électronique». Le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française ne tranche pas. Il multiplie plutôt les synonymes possibles : livre électronique, livrel, livre numérique, livre bibliothèque, livre rechargeable, livre-ordinateur. Ces mots servent à désigner un «Petit portable en forme de livre, muni d’un écran de visualisation, qui permet de stocker et de lire les publications en ligne disponibles par téléchargement dans Internet». Dans un cas, un appareil, un dispositif ou une machine (device); dans l’autre, un livre; dans le troisième, un «portable en forme de livre».

C’est bien là le nœud du problème : le Kindle, est-ce un livre ou pas ?

S’il faut en croire Nicholson Baker, ce n’en est pas un; lire là-dessus son article dans la plus récente livraison du magazine The New Yorker.

Il faut généralement porter grande attention à ce que raconte Nicholson Baker.

Référence

Baker, Nicholson, «Annals of Reading. A New Page. Can the Kindle Really Improve on the Book ?», The New Yorker, vol. LXXXV, no 23, 3 août 2009, p. 24-30.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Un livre ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*